ORL PEDIATRIQUE:

   Les otites, les sinusites et les angines sont généralement très fréquents chez leenfantqui peuvent être traités par les pédiatres. En cas de problèmes récurrents ou en cas de complications une consultation ORL s’impose. Il existe en effet des problèmes spécifiques à l’enfant qui nécessitent une prise en charge par le spécialiste en ORL pédiatrique.

   Par exemple,l’audition est essentielle au développement du langage et à la communication. L’ORL peut en cas de doute ou de trouble dans l’acquisition du langage effectuer un contrôle des oreilles, un bilan auditif et proposé une solution adaptée médicale ou chirurgicale.

PATHOLOGIES FREQUENTES EN ORL PEDIATRIQUE:

-Angines

-Vegetations adenoides

Syndrome d’apnée du sommeil

-Rhinites et rhinopharyngites

-Rhinites allergiques

-Otite seromuqueuse

-Otite moyenne aigue

-Otites moyennes chroniques

Surdité

Il existe au niveau de la face et du cou un certains nombres de malformations dont le caractère inesthétique ou les complications infectieuses peuvent conduire à la necessité d’une chirurgie.

On peut ainsi citer :

*les kystes du tractus thyréoglosse

*les kystes cervicaux latéraux

*les fistules pre-auriculaires

Selon l’importance de la malformation, ces interventions se réalisent en ambulatoire ou en hospitalisation complète.

 

Pathologie du nez et sinus

L’obstruction nasale:

Déviation de la cloison nasale et  hypertrophie  des cornets 

Les déviations de la cloison nasale (septum nasal) peuvent être d’origine congénitale ou acquises par traumatisme. Elles se manifestent essentiellement par une sensatrion de nez bouché, d’un seul ou des 2 côtés (obstruction nasale), des infections répétées (rhinites ou sinusites aiguës), voire une augmentation des ronflements. Il peut s’y associer des maux de tête le plus souvent autour des yeux. Les rhinites sont des inflammations chroniques de la muqueuse nasale responsables d’obstruction nasale, d’écoulements antérieurs par la narine ou postérieurs, dans la gorge, d’éternuements, de troubles de l’odorat. Elles peuvent être allergiques ou non allergiques et se manifestent par une augmentation de volume des cornets inférieurs.

Lorsqu’une déviation de la cloison nasale limite le flux de ventilation des fosses nasales. Une correction de la déviation est indiquée en cas de :

  • Sensation de nez bouché ou obstruction nasale principalement,

  • Rhinites ou sinusites répétées,

  • Plus rarement en cas d’infections de l’oreille en rapport avec une mauvaise ventilation par la trompe d’Eustache ou d’augmentation des ronflements

voir chirurgie de l’obstruction nasale

Ronflement et apnées du sommeil​

Les patients consultent à cause de la la gêne sociale que génère ce syndrome mais aussi parce qu’il peut s’associer à un syndrome d’apnée du sommeil qui est la conséquence d’une véritable désorganisation de l’architecture du sommeil et entraîne de nombreux symptômes telles que l’endormissement diurne, des troubles du caractère, des troubles de concentration, une altération de la libido, des maux de tête. Ce syndrome peut aussi avoir à long terme des conséquences cardiovasculaires plus graves.

Necessite un examen clinique complet et une nasofibroscopie pour évaluer les causes éventuelles du ronflement. Un enregistrement est le plus souvent programmé pour évaluer les apnées et l’architecture du sommeil.

En fonction de ces éléments on peut programmer une ventilation continue nocturne, une orthèse d’avancée mandibulaire ou une chirurgie du nez , de l’oropharynx du voile du palais.

Consultez examen et traitement..

Contenu de va-et-vient

Oreille et audition

  • Chirurgie de la surdité
  • Chirurgie du tympan (greffe de tympan ou tympanoplastie)
  • Chirurgie des osselets (ossiculoplastie)
  • Chirurgie du cholestéatome
  • Chirurgie de l’otospongiose 
  • Implants auditifs osseux 
  • Implants cochléaires

Consultez examen et traitement..

L’otite chronique

L’otite chronique est le plus souvent la conséquence des otites à répétition de l’enfance. Ces otites qui peuvent fragiliser le tympan entraînant une perforation ou une rétraction du tympan.

 les rétractions ou « enfoncements » du tympan peuvent  parfois détruire les osselets et entraîner la formation de cholestéatomes (ce sont des amas d’épiderme) qui peuvent  détruire toutes les structures osseuses de l’oreille: osselets, canal osseux du nerf facial, coque des gros vaisseaux ou encore toit du rocher avec risque d’exposition des méninges (enveloppes du cerveau).

Chez l’enfant, a cause des infections répétées et l’insuffisance de fonctionnement de la trompe d’Eustache.Ces otites  peuvent avoir un retentissement majeur sur les apprentissages et la vie sociale du fait de la baisse de l’audition qu’elles entraînent .

Quels sont les examens à réaliser ?

Le bilan comprend au minimum un examen des tympans au microscope binoculaire, une audiométrie tonale (fréquence par fréquence) et vocale (compréhension des mots).

Un scanner puis une IRM pourront être demandés en fonction du type et de l’extension des lésions. 

voir examens

Le traitement est-il toujours chirurgical ?

 au stade de séquelles stables,  une prise en charge médicales (gouttes, aérosols, cures thermales, rééducation orthophonique,…) .

Les indications chirurgicales dépendent du type de lésion mais aussi d’autres paramètres :

Pour les perforations tympaniques, la chirurgie par greffe de tympan se discute généralement en fonction, de l’âge du patient, de la perte auditive, de la stabilité de l’état rhinopharyngé (fréquence des infections en particulier chez l’enfant), de la taille de la perforation et des souhaits du patient (baignade, plongée…).

Une greffe de tympan (tympanoplastie ou myringoplastie) consiste en la reconstitution d’une des couches du tympan (couche de soutien « rigide »). La cicatrisation va permettre l’épidermisation secondaire et la greffe va donc être recouverte de peau. Le tympan retrouve alors son étanchéité et peut à nouveau vibrer pour transmettre les sons vers la chaîne des osselets.

Les poches de rétraction du tympan deviennent chirurgicales en cas de baisse de l’audition, d’écoulements répétés (otorrhée) ou d’impossibilité de contrôler le fond de la rétraction à l’examen du tympan au microscope. Le traitement du cholestéatome est chirurgical et se réalise en 1 ou 2 temps espacé de 12 à 18 mois.

La chirurgie de l’otite chronique a pour but de réparer les séquelles des otites à répétition (aigües ou séreuses) de l’enfance.